Tour Poitou-Charentes : Christophe Laporte évite la chute et double la mise

Au lendemain de la victoire de Christophe Laporte, ce deuxième acte du Tour Poitou-Charente menait les coureurs de Rochefort-sur-Mer à Aigre sur environ 168 kilomètres. Une nouvelle fois, la difficulté n’était pas insurmontable, et l’étape s’est décidée au sprint. Le plus rapide se révèle être le leader Christophe Laporte (Cofidis), qui conserve évidemment sa place au général. 

Le départ est donné depuis Rochefort-sur-Mer, ville arrivée de la première étape, sous un temps très couvert et un vent assez fort. Cela n’empêche les nombreuses tentatives d’échappée, qui sont toutes contrôlées par un peloton attentif. Le bon coup sort finalement en deux temps après une dizaine de kilomètres, suite à l’attaque de Ramunas Navardauskas (Delko Marseille Provence) et Alan Riou (Arkéa-Samsic), qui sont rejoints ensuite par Joel Nicolau (Caja Rural-Seguros RGA) et Mattia Viel (Androni Giocattoli-Sidermec). La formation Cofidis du leader Christophe Laporte vient alors se placer en tête de peloton, et laisse l’écart grimper au delà des trois minutes.

Les kilomètres défilent et la marge de l’échappée reste stable, ce qui permet au champion de Lituanie Ramunas Navardauskas de passer en tête des différentes ascensions de la journée. A une soixantaine de kilomètres de l’arrivée à Aigre, le quatuor de tête possède toujours 2’35 d’avance. C’est à ce moment que la formation Total Direct Energie de Thomas Boudat vient prendre le relais de Cofidis en tête de peloton, ce qui a pour effet de faire drastiquement baisser l’écart, qui frôle désormais la minute. Il reste le même au moment d’entrer sur le circuit final, à une trentaine de kilomètres du but.

D’autres formations (AG2r-La Mondiale, W52-FC Porto) viennent se placer en tête de peloton, ce qui a pour effet de condamner définitivement l’échappée. Le final est très rapide et nerveux, et une grosse chute coupe le peloton en deux à moins de quatre kilomètres de la ligne. De nombreux coureurs sont impliqués, mais ce n’est pas le cas du leader Christophe Laporte. Le français aborde la dernière ligne droite en excellente position, et s’impose en costaud devant Davide Cimolai et Andrea Pasqualon.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.