(c) Sirotti

Tour de France : Daryl Impey règle Tiesj Benoot au bout de l’échappée

Un terrain de jeu idéal pour les baroudeurs. Ce dimanche, la neuvième étape du Tour de France proposait 170,5 kilomètres pour relier Saint-Étienne à Brioude. Trois difficultés émaillaient le parcours, la dernière d’entre elles étant placée à 13 unités du but. C’est alors un groupe de quinze coureurs qui a ouvert la route avec la bénédiction du peloton. Les attaquants ont rapidement pris plus de dix minutes d’avance et se sont disputés la victoire. Tiesj Benoot et Daryl Impey, les deux meilleurs du groupe, sont arrivés en tête dans la ligne droite finale. Le champion d’Afrique du Sud a alors facilement disposé de son compagnon pour signer sa première victoire sur le Tour de France. Jan Tratnik a pris la troisième place en retrait. Le peloton a coupé la ligne à plus de seize minutes du vainqueur. Il n’y a aucun changement dans les premières positions du général : Julian Alaphilippe conserve donc le maillot jaune après une journée tranquille. 

Donné en descente, le départ est très rapide. Les attaques s’enchaînent dès le baisser de drapeau. Alexis Vuillermoz (AG2R-La Mondiale) lance les hostilités, en vain. Nils Politt (Katusha-Alpecin) réussit lui à sortir quelques kilomètres en solitaire avant d’être repris. A la fin de la descente, Alessandro De Marchi (CCC) tombe lourdement et abandonne. Cela n’échaude pas les coureurs offensifs qui continuent d’attaquer sans réussite. Il faut alors attendre que la route s’élève pour voir un groupe s’extraire durablement du peloton. C’est dans la montée non répertoriée vers Chambles, après dix kilomètres, que se forme l’échappée. Lukas Pöstlberger (Bora-hansgrohe), Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale), Ivan Cortina, Jan Tratnik (Bahrain-Merida), Tony Martin (Jumbo-Visma), Simon Clarke (EF Education First), Daryl Impey (Mitchelton-Scott), Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Nicolas Roche (Sunweb), Jesús Herrada (Cofidis), Tiesj Benoot (Lotto Soudal), Romain Sicard (Total Direct Energie), Edvald Boasson Hagen (Dimension Data) et Anthony Delaplace (Arkéa-Samsic) ouvrent la route de la neuvième étape.

Le peloton décide directement de laisser filer cet imposant groupe. Marc Soler (Movistar) se lance en poursuite à contre-temps et finit par recoller à 1 kilomètre du sommet du Mur d’Aurec-sur-Loire (1ère cat., 3,2km à 11%). Sorti du peloton après l’Espagnol, Rui Costa (UAE-Team Emirates) se rapprochera à 25″ de la tête avant de se relever. Incapable de recoller avant le sommet, l’ancien champion du monde n’est pas le bienvenu dans le groupe de tête. Les fuyards lui font bien comprendre en imposant un train soutenu après que Benoot soit passé en tête au sommet. Le coureur le mieux classé de l’échappée au général étant pointé à plus de vingt minutes, le peloton concède vite un écart conséquent. Au terme de la première heure de course, la Deceuninck-Quick Step conduit le peloton à plus de huit minutes des quinze fuyards. Intercalé un long moment, Rui Costa finit par être repris à 105 unités du but. A ce stade, les deux entités de course sont séparés de dix minutes et quarante secondes!

La situation n’évolue pas dans l’heure qui suit. Les quinze hommes de tête se présentent alors au sprint intermédiaire d’Arlanc, au km92, avec dix minutes d’avance. Boasson Hagen y passe en tête devant Stuyven et Delaplace. L’échappée aborde ensuite la Côte des Guillaumanches (3e cat., 7,8km à 4,4%) avec une marge inchangée. Les fuyards s’entendent bien et restent groupés dans cette montée roulante. Impey passe le sommet en tête devant Benoot. Là, Clarke tente de relancer l’échappée en attaquant à la bascule, mais en vain. Le groupe se reforme au complet un kilomètre plus loin et reprend sa bonne collaboration. Il faut alors attendre les cinquante derniers kilomètres pour voir du mouvement en tête. Lukas Pöstlberger profite d’une montée non répertoriée pour attaquer et parvient à s’isoler. L’ancien champion d’Autriche évolue seul en tête, et creuse l’écart sur ses quatorze poursuivants.

La chasse est mal organisée derrière Pöstlberger. Il en profite et aborde les trente derniers kilomètres avec 40″ d’avance sur ses anciens compagnons de fuite. Derrière, le peloton continue de laisser filer et accuse treize minutes de retard. Le groupe de chasse se reconstitue à l’approche de la Côte de Saint-Just (3e cat., 3,6km à 7,2%). Naesen, Tratnik, Soler, Impey, Stuyven, Roche et Benoot s’en vont à la poursuite de l’Autrichien et le reprennent dans l’ascension. Benoot attaque dès la jonction, en vain. Roche contre-attaque et fait la différence. Seul Benoot parvient à sauter dans la roue. Le duo ouvre la route un court instant avant de se faire rejoindre par Impey. Ils sont alors trois au passage du dernier sommet, le champion d’Afrique du Sud empochant le maximum de points de la montagne. Quinze secondes après eux, on retrouve Stuyven, Naesen, Tratnik et Soler. Benoot multiplie les attaques en tête et finit par faire céder Roche, mais pas Impey. Ils sont alors deux à cinq kilomètres de la ligne avec une quinzaine de secondes d’avance sur le groupe Naesen.

Les deux hommes arrivent en tête sous la flamme rouge. Là, Benoot cesse de prendre ses relais et laisse Impey emmener. Le champion d’Afrique du Sud accepte sans sourciller. Benoot tente de le surprendre aux 200 mètres, mais en vain. Impey se montre le plus rapide et décroche sa première victoire sur le Tour de France. Tratnik prend la troisième place en retrait devant Naesen et Stuyven. Au sein du peloton, hormis une tentative vite muselée de Romain Bardet (AG2R-La Mondiale) dans la dernière difficulté, il ne s’est rien passé. Les premières positions du classement général restent donc inchangées. Les favoris ont coupé la ligne à plus de seize minutes du vainqueur.

Le classement de la neuvième étape : 
1. Daryl Impey (Mitchelton-Scott) en 4h03’12”
2. Tiesj Benoot (Lotto Soudal) m.t.
3. Jan Tratnik (Bahrain-Merida) à 10″
4. Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale) m.t.
5. Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) m.t.
6. Nicolas Roche (Sunweb) à 14″
7. Marc Soler (Movistar) à 21″
8. Ivan Cortina (Bahrain-Merida) à 1’50”
9. Simon Clarke (EF Education First) m.t.
10. Anthony Delaplace (Arkéa-Samsic) à 2’42”

Le classement général après la neuvième étape : 
1. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) en 38h37’36”
2. Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) à 23″
3. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 53″
4. George Bennett (Jumbo-Visma) à 1’10”
5. Geraint Thomas (Ineos) à 1’12”
6. Egan Bernal (Ineos) à 1’16”
7. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) à 1’27”
8. Rigoberto Uran (EF Education First) à 1’38”
9. Jakob Fuglsang (Astana) à 1’42”
10. Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe) à 1’45”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Esteban Chaves : « Il se passe toujours des choses surprenantes sur la Vuelta »

Esteban Chaves entrevoit le bout du tunnel. Le grimpeur colombien de poche revient sur la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.