EN DIRECT
(c) ASO/Alex BROADWAY

Paris-Nice : Magnus Cort au bout de l’échappée, Michal Kwiatkowski nouveau leader

Après trois étapes de plat, Paris-Nice prenait de la hauteur ce mercredi. Une journée vallonnée attendait les coureurs avec cinq difficultés répertoriées au classement de la montagne. Une aubaine pour les baroudeurs. Treize coureurs ont rapidement faussé compagnie au peloton. Cet imposant groupe de tête a pris jusqu’à 6’45” de marge, permettant aux plus costauds de rallier l’arrivée en tête. Les quatre derniers rescapés de l’échappée se sont joués la gagne dans le dernier kilomètre. Magnus Cort a réglé Thomas De Gendt en attaquant à la flamme rouge. Arrivé au sein du peloton, Michal Kwiatkowski prend le maillot jaune. 

Le départ est rapide. Le peloton évolue en ligne, les candidats à l’échappée venant se placer à l’avant. Les premiers attaquants se dévoilent après quatre kilomètres de course. Alessandro De Marchi (CCC), Mathias Le Turnier (Cofidis), Thomas De Gendt (Lotto Soudal), Christoph Pfingsten (Bora), Kévin Reza (Vital Concept B&B Hotels), Julien Bernard (Trek) et Olivier Le Gac (Groupama-FDJ) faussent d’abord compagnie au peloton. Ces sept-là sont vite rejoints par quatre autres coureurs : Magnus Cort (Astana), Damien Gaudin (Direct Energie), Giulio Ciccone (Trek) et Elie Gesbert (Arkéa Samsic). Finalement, Eduard Grosu et Evaldas Siskevicius, tous deux représentants de Delko Marseille Provence, font la jonction dans un troisième temps. L’échappée est alors composée de treize coureurs. Voyant qu’aucun d’entre eux n’est dangereux au général, le peloton laisse filer. Le groupe de tête passe la première difficulté du jour, la Côte de Cheval-Rigon, au km18, avec 3’20” d’avance. Damien Gaudin, le maillot à pois, y voit Eduard Grosu le devancer au sommet.

Derrière, l’équipe Sky prend ses responsabilités et emmène le peloton. Les partenaires de Michal Kwiatkowski laissent filer dans un premier temps. L’échappée en profite pour augmenter son avance et compte 5’40” de marge après 63 kilomètres parcourus. La course suit son cours normal jusqu’au km 79,5. A cet instant, le peloton est arrêté pendant 3’30” à un passage à niveau. Lorsqu’il repart, les organisateurs demandent à l’échappée d’observer le même temps d’arrêt. Les treize coureurs de tête profitent malgré tout de cette péripétie pour augmenter leur avance à 6’45” à l’approche de la mi-parcours. Leur marge n’augmentera plus. Mitchelton-Scott, Bahrain-Merida et Sky s’entendent en tête de peloton pour mener la chasse.

Ces trois équipes rapprochent progressivement le peloton, avant que Deceuninck-Quick Step n’accélère encore l’allure. Les treize coureurs de tête voient alors le peloton fondre sur eux. De 6’20” à 100 kilomètres du but, l’écart est réduit à 3’10” à 75 unités de la ligne. L’échappée arrive avec cette avance au pied de la Côte de Trêves (2e cat.), le point de départ d’un enchaînement de quatre difficultés. Gaudin parvient à y prendre le maximum de points devant Grosu et conforte son maillot à pois. Au contraire, Reza lâche prise dans l’ascension et laisse l’échappée poursuivre à douze. Le peloton le reprend rapidement et se rapproche encore à 2’35” de la tête avant la Côte de Condrieu (1ère cat., 1,9km à 8,5%). Damien Gaudin lâche prise dans l’ascension, tout comme les deux représentants de Delko Marseille Provence. Thomas De Gendt en profite pour passer en tête au sommet et empoche dix points. Dans le peloton, c’est le maillot jaune Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) qui lâche prise à cet instant et dit adieu à sa belle tunique.

L’échappée poursuit sa route avec sept coureurs et rallie le sommet de la Côte de Saint-Michel sur Rhône avec deux minutes d’avance. Thomas De Gendt passe le sommet en tête et se rapproche à un point du maillot à pois de Damien Gaudin. Le peloton conduit par la Mitchelton-Scott a du mal à réduire l’écart et accuse encore 1’50” de retard à 25 kilomètres de l’arrivée. Les hommes de tête abordent la dernière difficulté du jour, la Côte de Chavanay, avec 1’10” d’avance sur le peloton. Ils résistent bien dans l’ascension et conservent 50″ de marge au sommet. De Gendt y passe une nouvelle fois en tête et chipe le maillot de meilleur grimpeur à Gaudin. Gesbert, Bernard et Le Turnier lâchent prise à leur tour et laissent le groupe de tête poursuivre à quatre unités.

Reste alors moins de dix kilomètres à couvrir. Le peloton roule à fond à la chasse de l’échappée, mais ne parvient plus à refaire de terrain. Les quatre rescapés du groupe, Thomas De Gendt, Magnus Cort, Alessandro De Marchi et Giulio Ciccone, conservent une quarantaine de secondes d’avance à 5 unités du but et vont rallier l’arriver devant le peloton. Parti sous la flamme rouge, Cort ne sera pas revu. De Gendt conclut deuxième à quelques longueurs. Ciccone prend la troisième place devant Alessandro De Marchi. Lancés en poursuite dans les ultimes kilomètres, Lilian Calmejane (Direct Energie) et Valentin Madouas (Groupama-FDJ) prennent respectivement les 5e et 6e place, juste devant le sprint du petit peloton réglé par Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida). Arrivé au sein de ce groupe, à une cinquantaine de secondes du vainqueur, Michal Kwiatkowski (Sky) récupère lui le maillot jaune des épaules de Dylan Groenewegen.

Le classement de la quatrième étape : 
1. Magnus Cort (Astana) en 5h03’49”
2. Thomas De Gendt (Lotto Soudal) à 7″
3. Giulio Ciccone (Trek) à 13″
4. Alessandro De Marchi (CCC) à 18″
5. Lilian Calmejane (Direct Energie) à 48″
6. Valentin Madouas (Groupama-FDJ) m.t.
7. Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida) m.t.
8. Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) m.t.
9. Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) m.t.
10. Michal Kwiatkowski (Sky) m.t.

Le classement général après la quatrième étape : 
1. Michal Kwiatkowski (Sky) en 16h52’27”
2. Luis Leon Sanchez (Astana) à 5″
3. Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) à 10″
4. Egan Bernal (Sky) à 11″
5. Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) à 14″
6. Tony Gallopin (AG2R-La Mondiale) à 15″
7. Rudy Molard (Groupama-FDJ) à 17″
8. Romain Bardet (AG2R-La Mondiale) m.t.
9. Olvier Naesen (AG2R-La Mondiale) à 18″
10. Felix Grossschartner (Bora) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Cesare Benedetti : « Je ne suis ni un talent, ni un gagnant »

Cesare Benedetti décroche la première victoire de sa carrière. A 31 ans, l’Italien de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.