EN DIRECT
© Jean-Claude Faucher

Nairo Quintana : « Dumoulin est le rival le plus dangereux »

Nairo Quintana est toujours maillot rose à la veille de l’arrivée à Milan mais le Colombien n’est pas assuré de remporter le centième Giro d’Italia. Et pour cause, le leader de la formation Movistar a bien tenté de mettre a mal Tom Dumoulin, Vincenzo Nibali ou Thibaut Pinot mais tous ont globalement répondu présent. Seul le Néerlandais a perdu un peu de temps, 15 secondes, mais il garde toutes ses chances de remporter le Giro d’Italia. Du coup, au moment de faire le bilan de l’étape, Quintana n’était pas totalement satisfait. « C’est mieux que rien, lâchait-il en souriant. Nous avons tout essayé et c’est ce que nous avons pu obtenir. Dans une telle situation, il est difficile d’essayer de convaincre tout le monde de rouler de façon égale bien que tous soient intéressés. Certains aidaient, d’autres non car ils voulaient la victoire d’étape. Ça a un peu perturbé l’entente et l’écart n’est finalement pas aussi grand qu’il aurait pu l’être. L’important est que nous avons encore le maillot rose, c’était notre objectif initial avant le chrono … même si ça aurait été mieux avec un peu plus de temps. Avec l’avantage que nous avons, nous donnerons tout demain. »

Avec la chaleur et 19 jours de course dans les jambes, les ascensions du Monte Grappa et de Fazo ont pesé dans les jambes mais une fois de plus, les écarts sont infimes à l’arrivée. Les six premiers du général se tiennent encore en 1’30 et Nairo Quintana a concédé quelques secondes à Nibali et Pinot du fait des bonifications distribuées à l’arrivée. Il estime toutefois qu’il ne pouvait pas faire plus. « Souvent, la souffrance est grande. Il n’est donc pas facile d’attaquer ou de se défendre contre des rivaux en si bonne condition. Ce fut une journée très difficile. Quand nous sommes partis, j’ai roulé avec tout ce que j’avais en cherchant à reprendre le plus de temps possible à Dumoulin, qui est le favori pour demain. Je ne pensais vraiment pas aux bonifications mais plutôt à le distancer au maximum. Il avait aussi des alliés derrière et cela lui a permis de réduire l’écart que nous avions creusé au sommet. »

C’est donc sans aucune certitude de s’imposer que Quintana s’élancera en dernier pour le contre-la-montre de 29,3 kilomètres demain. Le leader de la formation Movistar est le moins bon rouleur parmi les quatre favoris qui se tiennent en moins d’une minute mais en fin de Giro, tout est encore possible. « Le contre la montre de demain sera très différent du premier chrono de ce Giro. C’est un parcours vraiment pour les spécialistes. J’espère pouvoir bien me défendre et nous ne saurons que demain si mon avance est suffisante. Nous n’avons pas beaucoup de marge mais parfois, il m’arrive de faire des bons chronos donc je vais donner le maximum. La condition physique est à peu près la même pour tous et je pense que les écarts ne seront pas trop grands. Dumoulin est le rival le plus dangereux mais Nibali et Pinot sont aussi bons sur les chronos. Toutefois, avec des conditions normales, je ne devrais pas perdre beaucoup de temps sur eux. Je suis convaincu que la fatigue au bout de 20 jours de Giro joue en ma faveur. » Nairo Quintana sera l’homme à abattre demain et il aura forcément la pression. Il est toutefois en bonne posture pour remporter son deuxième Giro d’Italia.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de Suisse : Peter Sagan fait coup double

Ce n’était donc que partie remise. Après avoir échoué dans son double objectif étape-maillot jaune …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.