(c) Sirotti

Giro : Arnaud Démare débloque son compteur après un sprint chaotique

Une reprise tout en douceur. Après la journée de repos, le Giro reprenait ce mardi par une étape complètement plate entre Ravenne et Modène. C’est alors un sprint massif qui a conclu les 145 kilomètres du jour à travers la plaine du Pô. Arnaud Démare y a trouvé sa première victoire de la saison, en réglant un sprint chaotique devant Elia Viviani et Rüdiger Selig. Le maillot cyclamen Pascal Ackermann a notamment été emporté dans une chute massive survenue après la flamme rouge. 

Dès le départ réel, deux hommes attaquent le peloton. Remarqué par son baroud solitaire de la troisième étape, Sho Hatsuyama (Nippo-Vini Fantini) tente cette fois sa chance avec Luca Covili (Bardiani-CSF). Le peloton laisse filer ces deux coureurs. Ils prennent leur avance maximale, 4’25”, après seulement 15 kilomètres de course. Groupama-FDJ et Deceuninck-Quick Step s’entendent rapidement à l’arrière pour contrôler l’écart et reçoivent bientôt l’appui de la Bora-hansgrohe.

Sous l’impulsion de ces trois formations, la marge de l’échappée fond rapidement. L’écart passe sous les trois minutes à l’entame des 100 derniers kilomètres, il n’y a ensuite plus que deux minutes à 80 unités du but. Les deux hommes de tête ne représentent pourtant aucun danger au général : Covili est 110e à 40’11” du maillot rose Valerio Conti (UAE-Team Emirates), Hatsuyama est avant-dernier à plus d’une heure et demi. Le peloton maintient alors le duo autour des deux minutes avant d’opérer un nouveau rapproché à l’approche de San Giovanni in Persiceto, lieu du premier sprint intermédiaire, à 46 kilomètres du but. A l’avant, Covili passe devant Hatsuyama sans lutter, alors qu’au niveau du peloton Arnaud Démare (Groupama-FDJ) passe devant Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe). Il n’y a alors plus que 1’10” d’écart.

Après le passage du second sprint intermédiaire, situé à Crevalcore, moins de dix kilomètres plus loin, il n’y a plus que 23″ d’écart. Covili et Hatsuyama sont alors repris à 30 kilomètres du but, laissant au peloton un temps largement suffisant pour organiser l’emballage final. Lotto Soudal vient alors rouler en tête et imprime un rythme plus soutenu qu’auparavant. Il faut dire que jusqu’alors la moyenne était seulement de 38,5km/h, tandis que les organisateurs prévoyaient 42km/h en estimation basse. Pour autant, le peloton reste bien groupé et évolue sur toute la largeur de la route.

Il faut alors attendre les huit derniers kilomètres pour voir la tension monter. Les équipes des favoris pour le général et des sprinteurs se livrent une belle bataille pour obtenir la meilleure position à l’avant. Francisco Ventoso (CCC) tente de surprendre en attaquant à trois kilomètres du but, mais est repris après la flamme rouge. Là, une grosse chute casse le peloton : Pascal Ackermann va notamment au sol. C’est donc sans le maillot cyclamen que se joue l’emballage final. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) s’y montre le plus véloce et décroche sa première victoire de la saison ! Parti sur la gauche de la route alors que les autres s’expliquaient sur la droite, le Français devance Elia Viviani et Rüdiger Selig sur la ligne. Il recolle à un point du champion d’Allemagne au classement cyclamen.

Le classement de la dixième étape : 
1. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) en 3h36’07”
2. Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) t.m.t.
3. Rüdiger Selig (Bora-hansgrohe)
4. Caleb Ewan (Lotto Soudal)
5. Giacomo Nizzolo (Dimension Data)
6. Davide Cimolai (Israel Cycling Academy)
7. Manuel Belleti (Androni Giocattoli-Sidermec)
8. Giovanni Lonardi (Nippo-Vini Fantini)
9. Jasper De Buyst (Lotto Soudal)
10. Jacopo Guarnieri (Groupama-FDJ)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France : Les sélections confirmées

Le Tour de France approche à grands pas. Le 6 juillet prochain, le Grand Départ …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.