Tour de Belgique : Un numéro signé Remco Evenepoel

Les Ardennes à l’honneur. La deuxième étape du Tour de Belgique proposait, ce jeudi, plusieurs ascensions traditionnelles des courses classiques. Le Leberg, le Tenbosse ou le Mur de Grammont émaillaient notamment le parcours. De quoi offrir une course de mouvements, une fois l’échappée matinale reprise. A l’attaque à 46 kilomètres du but, Remco Evenepoel a décanté l’étape à lui-seul avant de se montrer le plus fort d’un groupe d’une trentaine d’unités. Le jeune Belge a parcouru les derniers kilomètres seul pour s’offrir, à 19 ans, une première victoire pro. Sa performance du jour lui offre aussi la tête du classement général. Son coéquipier Fabio Jakobsen a réglé le groupe de poursuite pour offrir un doublé à Deceuninck-Quick Step. Tim Merlier complète le podium. 

Six hommes se lancent à l’attaque dès le départ réel. Fumiyuki Beppu (Trek-Segafredo), Roy Jans (Corendon-Circus), Kenny Molly (Wallonie-Bruxelles), Yannick Peeters (Pauwels Sauzen-Bingoal), Quinten Hermans (Telenet Fidea Lions) et Samuel Leroux (Natur4Ever-Roubaix Lille Métropole) constituent l’échappée. Le peloton leur laisse une avance confortable dans la première partie de parcours qui ne présente pas de grande difficulté. Il y a alors 4’30” d’écart après 33 kilomètres, puis 5’40” après 60 unités de course. Le peloton réagit ensuite, à l’approche des premières bosses.

Les six hommes de tête sont alors vite rapprochés à 4′. Lotto Soudal et Deceuninck-Quick Step contrôlent la course. L’échappée se réduit dès les premières difficultés. Peeters est le premier à lâcher prise après les ascensions du Leberg et du Tenbosse. Ce sont ensuite, Beppu et Jans qui craquent dans l’ascension du Mur de Grammont, à 64 kilomètres de l’arrivée. Derrière les fuyards, le peloton a considérablement durci l’allure et se rapproche à 45″ des derniers rescapés du groupe. Les attaques commencent : Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) se met en évidence, mais en vain. Sa tentative condamne du moins l’échappée, reprise à 46 kilomètres du but.

Le jeune prodige belge retente sa chance non loin et réussit cette fois à sortir. Il est accompagné par Christophe Laporte (Cofidis), Victor Campenaerts (Lotto Soudal) et Pieter Weening (Roompot-Charles). Le peloton les maintient tout proche ce qui permet à un certain nombre d’hommes forts d’opérer la jonction. Les plus costauds se retrouvent alors en tête dans un groupe d’une trentaine d’unités, à l’entame des 30 derniers kilomètres. Tim Wellens (Lotto Soudal), Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) ou Toon Aerts (Telenet Fidea Lions) rejoignent notamment l’avant de la course. L’écart se creuse avec le peloton des poursuivants. Déjà à l’origine de ce groupe, Evenepoel et Campenaerts attaquent conjointement à 11 kilomètres de la ligne. Les deux hommes écrasent les pédales et creusent l’écart.

A sept unités du but, ils prennent 35″ d’avance. Seulement, Campenaerts chute et laisse Evenepoel s’envoler seul vers l’arrivée. Le jeune Belge se retrouve seul en tête et amasse les neuf secondes de bonification du kilomètre en or. A ce stade, il augmente sa marge à 45″ et ne sera plus inquiété jusqu’à la ligne. Evenepoel signe là sa première victoire pro après avoir fait forte impression lors des Hammer Series. Il s’empare aussi de la tête du classement général. 42 secondes plus tard, son coéquipier Fabio Jakobsen règle le groupe des poursuivants pour offrir un doublé à la Deceuninck-Quick Step. Tim Merlier (Corendon-Circus) conclut troisième.

Le classement de la deuxième étape : 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour d’Espagne : Le direct de la 8e étape (Logroño > Alto de Moncalvillo)

Suivez le Tour d’Espagne 2020 en direct avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou tablette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.