(c) Sirotti

Vuelta : La dernière pour Elia Viviani, Simon Yates officiellement sacré

Elia Viviani (Quick-Step) a remporté la dernière étape de la Vuelta au sprint devant Peter Sagan (Bora). Après une longue parade, il y a des attaques, mais le peloton a toujours refusé de laisser filer. Les équipiers de sprinteurs n’ont pris aucun risque et ont permis à leurs leaders de s’expliquer sur un dernier sprint massif.
Sans surprise, il n’y a eu aucun changement au classement général. Simon Yates (Mitchelton-Scott) remporte donc la Vuelta devant Enric Mas (Quick-Step) et Miguel Angel Lopez (Astana). 

Les 10,4 kilomètres d’itinéraire défilé prévus au programme du jour se prolongent une fois le départ réel donné. Les coureurs paradent, célébrant tour à tour le maillot rouge de Simon Yates, celui de meilleur grimpeur de Thomas De Gendt ou encore le départ à la retraite d’Igor Anton. C’est d’ailleurs ce dernier qui entre en tête dans le circuit final. Le coureur de la Dimension Data s’offre alors un dernier moment de gloire avant que la course ne démarre véritablement.

Le deuxième passage sur la ligne est le point de départ de cette dernière étape. Un groupe de six coureurs se lance à l’attaque. Alessandro De Marchi (BMC), Mikel Iturria (Euskadi-Murias), Tiago Machado (Katusha), Loïc Chétout, Stéphane Rossetto (Cofidis) et Jetse Bol (Burgos-BH) ouvrent la route. Seulement, le peloton refuse de laisser partir. Les six fuyards ne prennent que 14 secondes d’avantage au maximum. Ils sont finalement repris à 44 kilomètres du but.

De nouvelles attaques émanent alors du peloton. Trois coureurs tentent leur chance : Nikita Stalnov (Astana), Joey Rosskopf (BMC) et Diego Rubio (Burgos-BH). Ils sont vite rejoints par Garikoitz Bravo (Euskadi-Murias). Le nouveau groupe de tête ne bénéficie pas de plus de clémence de la part du peloton. L’écart maximal est mesuré à 17 secondes. Les équipes Quick-Step, Bora, LottoNL-Jumbo et Trek se relaient et maintiennent l’échappée à portée.

Stalnov est victime d’une crevaison à 28 kilomètres du but et doit laisser l’échappée continuer à trois coureurs. Il repart à l’arrière du peloton. Rosskopf, Bravo et Rubio poursuivent leur effort et maintiennent l’écart autour des 15″. A deux tours de l’arrivée, le trio ne compte plus que neuf petites secondes d’avance. Ils sont finalement repris à 7 kilomètres de la ligne, peu avant l’entame du dernier tour.

Une ultime attaque de Julian Duval (AG2R) ne perturbe pas le peloton qui va s’expliquer sur un sprint massif. Pourtant mal placé à la flamme rouge, Elia Viviani (Quick-Step) réussit un sprint parfait et s’impose devant Peter Sagan (Bora). Giacomo Nizzolo (Trek) conclut troisième. Après ses quatre succès sur le Giro, Viviani signe à Madrid sa troisième victoire sur la Vuelta 2018.

Le top 10 de l’étape : 
1. Elia Viviani (Quick-Step) en 2h21’28”
2. Peter Sagan (Bora) m.t.
3. Giacomo Nizzolo (Trek) m.t.
4. Danny van Poppel (LottoNL-Jumbo) m.t.
5. Marc Sarreau (Groupama-FDJ) m.t.
6. Jon Aberasturi (Euskadi-Murias) m.t.
7. Simone Consonni (UAE) m.t.
8. Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) m.t.
9. Tom Van Asbroeck (EF-Drapac) m.t.
10. Ryan Gibbons (Dimension Data) m.t.

Le top 10 du général final : 
1. Simon Yates (Mitchelton-Scott) en 82h05’58”
2. Enric Mas (Quick-Step) à 1’46”
3. Miguel Angel Lopez (Astana) à 2’04”
4. Steven Kruijswijk (LottoNL-Jumbo) à 2’54”
5. Alejandro Valverde (Movistar) à 4’28”
6. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 5’57”
7. Rigoberto Uran (EF-Drapac) à 6’07”
8. Nairo Quintana (Movistar) à 6’51”
9. Ion Izagirre (Bahrain-Merida) à 11’09”
10. Wilco Kelderman (Sunweb) à 11’11”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Jonas Van Genechten : « J’avais hâte d’en gagner une »

L’attente commençait à se faire bien trop longue. Depuis son succès sur les routes de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.