(c) Dwars door het Hageland

Paris-Camembert se dote d’un chemin forestier pour 2018

C’est désormais à la mode. Les chemins de terre et de cailloux font de plus en plus leur apparition sur les épreuves cyclistes. À cette nouvelle tendance, Paris-Camembert ne va pas y échapper. Les organisateurs ont dévoilé jeudi soir les contours de l’édition 2018 de leur épreuve, qui sera nettement durcie par rapport à cette année. En plus de l’ajout de trois côtes, « pour booster le final » comme le rapporte Ouest-France, on retrouvera la saison prochaine une nouveauté singulière : un chemin forestier non goudronné, à l’image des ribinou du Tro Bro Leon. Celui-ci, d’une longueur de 1900 mètres, sera situé à une dizaine kilomètres de la ligne, et suivi de l’ascension de St Michel de Livet, dernière difficulté du tracé.

« Ce sera notre tranchée d’Arenberg, a confié Guy Brien, le président du comité d’organisation de Paris-Camembert. Dès notre réunion de bilan, on a indiqué aux élus vouloir booster l’édition 2018 et trouver une originalité. On voulait sortir des sentiers battus. Ils nous ont proposé le chemin de la cabine. Ils pensaient que nous ne l’aurions pas pris mais les coureurs ont besoin de sortir des idées pré-reçues. »

Nacer Bouhanni (Cofidis), vainqueur cette saison, aura certainement fort à faire pour conserver son titre l’année prochaine.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Julien Bérard : « Si je n’ai rien chez les pros, j’arrête »

Julien Bérard est « prêt ». Si le passage à l’année 2018 devait sonner le glas de sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *