© Sirotti

Mondiaux – Espoirs : Benoît Cosnefroy réalise l’exploit !

Le Français Benoît Cosnefroy devient Champion du Monde au terme d’un superbe final. Il s’est imposé dans un sprint à deux face à l’Allemand Lennard Kamna. Le suspens a été entier jusqu’au bout. Kamna a attaqué dans la dernière ascension de Salmon Hill, il a ensuite été rejoint par Cosnefroy à 7 kilomètres de l’arrivée. Le duo a dû tenir tête à un peloton qui était sur ses talons durant tout le final. Michael Carbel Svendgaard (Danemark) règle le sprint du peloton.

La première échappée du jour est composée de Atsushi Oka et Masaki Yamamoto (Japon), Jose Fernandes (Portugal), Vasili Strokau (Biélorussie), Gustav Hoog (Suède) et Awet Habtom Tekle (Erythrée). Ils sont ensuite rejoints par un deuxième groupe comprenant : Vitaly Novakovskyu (Ukraine), Saumon Musie Mehari et Zemenfes Selmun (Erythrée), Samuel Mugisha (Rwanda), Janos Zsombor Pelikan (Hongrie) et Lahiri Abderrahim (Maroc). Douze coureurs en tête avec un écart stabilisé par le peloton et notamment la sélection norvégienne à moins de 3’. Le groupe de tête est secoué par des à coups et perd quelques unités.

A 80 kilomètres de l’arrivée, le peloton s’active déjà. Brendon McNulty (USA) rejoint les sept rescapés de l’échappée (Atsugi Oka, Gustav Hoog, Awet Habtom Tekle, Saymon Musie Mehari, Janos Zsombor Pélican et Zahiri Abderrahim) puis un autre groupe revient un peu plus loin avec Rasmus Fossum Tiller (Norvège), Scott Davis (Royaume Uni), Pavel Sivakov (Russie), Patrick Muller (Suisse), Jai Hindley (Australie) et Yevgeniy Gidich (Kazakhstan). Seul McNulty et Hoog peuvent suivre ces six coureurs, on se retrouve donc avec huit coureurs en tête à 60 kilomètres de l’arrivée avec une vingtaine de secondes d’avance sur le peloton.

A une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, alors que l’écart est monté à environ 1’ d’avance, Frank Bonnamour (France) lance une contre attaque avec notamment Ivan Garcia Cortina (Espagne) mais le groupe est rapidement repris par le peloton. A l’avant Hoog et McNulty ont lâché prise. A deux tours de l’arrivée (38,4km), l’avance des six hommes de tête n’est plus que de 23 secondes sur un peloton où l’Equipe d’Espagne a pris le commandement vigoureusement, bientôt relayée par la Belgique puis le Danemark.

A 35 kilomètres de l’arrivée, dans la première partie montante du circuit, Hindley est lâché en tête de course alors que dans le peloton, ça attaque. Il n’y a toutefois pas réellement de sélection mais ces accélérations sont fatales à l’échappée qui finit par se relever. A 31 kilomètres de l’arrivée, au pied de l’avant dernière ascension de Salmon Hill, le peloton est groupé. A l’entame du dernier tour, situation inchangée mais l’allure est élevé dans un peloton presque en file indienne. Un peu plus loin un groupe sort du peloton avec deux français et l’un d’entre eux passe à l’attaque : Benjamin Thomas. Il est bientôt rejoint par un contre. On retrouve, à un peu moins de 15 kilomètres de l’arrivée, cinq coureurs en tête : Benjamin Thomas et Valentin Madouas (France), Wilmar Paredes (Colombie), Michael Storer (Australie) et Mauricio Moreira (Uruguay). Ils sont ensuite rejoints pas Lennard Kamna (Allemagne). En même temps dans le peloton Kristoffer Halvorsen (Norvégien) est lâché, ce qui a pour conséquence que les Norvégiens arrêtent de mener le peloton et ça se regarde.

A 12,5 kilomètres de l’arrivée, juste avant la dernière ascension de Salmon Hill, Kamna part seul. Dans le peloton, ce sont les Danois qui assurent désormais la poursuite. Au sommet Kamna est toujours en tête avec moins d’une dizaine de secondes d’avance sur une première partie du peloton qui a repris le reste des échappées. Dans la descente, Benoit Cosnefroy (France) sort de ce premier groupe de contre. A 8 kilomètres de l’arrivée, le vainqueur du Grand Prix d’Isbergues est à 9 secondes de Kamna. Un kilomètre plus loin, il a repris le coureur Allemand. A 6 kilomètres de l’arrivée, le duo a 13 secondes d’avance sur un peloton réduit avec Paredes en contre.

A un peu moins de 4 kilomètres de l’arrivée, Kamna et Cosnefroy ont 17 secondes d’avance alors que dans le peloton où ça ne s’entend pas vraiment Ivan Garcia Cortina (Espagne) attaque. Les écarts sont resserrés mais le duo de tête tient bon. A 1 kilomètre de l’arrivée ils ont 7 secondes d’avance sur le peloton qui a repris Cortina. Mais dans le peloton ça se regarde un peu. Devant les deux coureurs doivent continuer à tout donner pour ne pas se faire reprendre. Cosnefroy lance son sprint à plus de 200 mètres de la ligne en étant en tête. C’est un sprint interminable alors que le peloton est juste derrière. Kamna tente une première fois de le déborder mais dès qu’il prend le vent, il ne peut rien. Mais ce sprint est tellement long que Kamna a le temps de se remettre dans la roue du Français et de tenter une nouvelle fois. Mais il n’y a rien à faire ! Cosnefroy était juste imbattable.

Classement : 
1. Benoît Cosnefroy (France) en 4h48’23
2. Lennard Kamna (Allemagne)
3. Michael Carbel Svendgaard (Danemark) à 0’03
4. Oliver Wood (Royaume Uni)
5. Vincenzo Albanese (Italie)
6. Damien Touzé (France)
7. Max Kanter (Allemagne)
8. Michal Paluta (Pologne)
9. Mark Dawney (Irlande)
10. Anders Skaarseth (Norvège)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Coen Vermeltfoort manque le coche

Après des places d’honneur à foison, Coen Vermeltfoort rêvait de conclure sa saison 2017 en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *