(c) GP de Wallonie

GP de Wallonie : Tim Wellens conclut avec autorité un superbe travail d’équipe

Tim Wellens (Lotto – Soudal) s’impose au sommet de la Citadelle de Namur après un superbe numéro en solo. Wellens est parti à un peu moins de 20 kilomètres de l’arrivée d’un groupe de huit coureurs où il comptait deux coéquipiers : Tony Gallopin et Tiesj Benoot. La course s’est décantée bien plus tôt que prévu à cause du vent qui a formé des bordures à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Gallopin réussit à prendre la deuxième place à l’arrivée mais Julien Simon (Cofidis) prive Lotto – Soudal du triplé en dominant Tiesj Benoot au sprint.

Malgré les premières côtes placées assez tôt sur le parcours, la bonne échappée sort rapidement, après moins de 20 kilomètres. Elle est composée de sept coureurs : Edward Planckaert (Sport Vlaanderen – Baloise), Sander Cordeel (Vérandas Willems – Crelan), Tom Devriendt (Wanty – Groupe Gobert), Sébastien Delfosse (WB Veranclassic – Aqua Protect), Marvin Tasset (AGO – Aqua Service), Jérémy Leveau (Roubaix – Lille Métropole) et Rob Ruijgh (Tarteletto – Isorex). Derrière Coen Vermeltfoort (Roompot – Nederlandse Loterij) est seul en poursuite à une vingtaine de secondes. Malheureusement pour lui, on ne l’attend pas à l’avant. Et alors que l’écart monte jusqu’à 4’ et que Vermeltfoort n’a jamais réussi à reprendre du temps, il est repris par le peloton.

Après avoir atteint 4’15 au maximum, après un peu plus de 50 kilomètres de course, l’écart commence déjà à diminuer. Le rythme est assez irrégulier dans le peloton en fonction de l’exposition au vent et de la pluie. Mais à un peu moins de 70 kilomètres de l’arrivée, l’avance des sept coureurs de tête est déjà passée sous la minute. Plusieurs équipes se relaient dans le peloton et à un peu moins de 60 kilomètres de l’arrivée, l’Armée de Terre prend le commandement. Devant Tasset et Planckaert se relèvent. Plus que cinq coureurs à l’avant. Puis plus que quatre puisque Leveau interrompt également son effort. Cela ne change pas grand chose puisque les quatre rescapés seront repris un peu plus loin alors qu’il reste encore 53 kilomètres de course. Les Lotto – Soudal ont alors pris le commandement du peloton. 

En tête de course, ça commence à s’affoler à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée à cause du vent. Les AG2R La Mondiale accélèrent, Fernando Gaviria (Quick Step) lui-même hausse l’allure. Le peloton explose. Dylan Teuns (BMC) prend des relais dans la première bordure qui compte vingt-et-un coureurs. Thibaut Pinot (FDJ) est parmi les coureurs piégés alors que devant les Quick Step, les Lotto – Soudal, les BMC, les AG2R La Mondiale, les LottoNL – Jumbo se relayent. On approche alors de la première côte du final, celle d’Ermeton. Devant, avec la plupart des favoris, ça roule bien. Derrière c’est un peu plus compliqué, si bien que les différents groupes distancés se reforment pour former un peloton pointé à 20 secondes puis à 30 secondes du groupe de tête.

En tête, on retrouve : Tony Gallopin, Tiesj Benoot, Nikola Maes et Tim Wellens (Lotto – Soudal), Dylan Teuns et Loic Vliegen (BMC), Pietr Vakoc et Fernando Gaviria (Quick Step), Jan Bakelants et Quentin Jauregui (AG2R La Mondiale), Amund Grondahl Jansen et Maarten Wynants (LottoNL – Jumbo), Florian Vachon (Fortuneo – Oscaro), Nicolas Edet et Julien Simon (Cofidis), Thomas Sprengers (Sport Vlaanderen – Baloise), Yoann Offredo (Wanty – Groupe Gobert), Taco van der Hoorn (Roompot – Nederlandse Loterij), Charlie Arimont (AGO – Aqua Service), Patrick Müller (BMC Development) et Jérémy Lecroq (Roubaix – Lille Métropole). Dans le peloton ce sont surtout les équipes FDJ et Armée de Terre qui font le rythme.

Au pied de la Côte de Lustin, l’écart n’est plus que de 20 secondes. Le groupe de tête commence à perdre des unités alors qu’il reste moins de 30 kilomètres. Benoot relance l’allure en tête et creuse même un écart. Seul Teuns le suit. Mais c’est ensuite Tim Wellens qui attaque et cette fois-ci seul Bakelants suit. Teuns et Benoot ne peuvent pas. A la fin de la descente (20km de l’arrivée) néanmoins ça se regroupe et on retrouve un groupe de huit : Tim Wellens, Tony Gallopin, Tiesj Benoot (Lotto – Soudal), Jan Bakelants (AG2R La Mondiale), Dylan Teuns et Loic Vliegen (BMC), Amund Grondahl Jansen (LottoNL – Jumbo) et Julien Simon (Cofidis). Ils comptent 35 secondes d’avance sur le peloton. La formation piégée est Quick Step qui a perdu ses deux représentants.

Arrive très vite la côte de Tienne Aux Pierres. La première partie se fait au train mais Tim Wellens place ensuite une très belle attaque. Dans le groupe on ne réagit pas. Après un petit moment Teuns décide d’attaquer à son tour alors que Wellens a déjà creusé un bel écart. Au même moment Jansen est distancé et Vliegen est victime d’une crevaison. Teuns ne creuse pas. Il est repris par Bakelants, Simon et surtout Benoot et Gallopin, les équipiers de l’homme de tête. Dans le peloton, Guillaume Martin (Wanty – Groupe Gobert) qui avait déjà attaqué dans l’ascension précédente, tente à nouveau sa chance. Sans succès.

A l’avant Tim Wellens creuse. A 10 kilomètres de l’arrivée, il compte 45 secondes d’avance sur les cinq coureurs en contre et 1’15 sur le peloton. Bakelants, Simon et Teuns tournent bien mais la présence de Benoot et Gallopin ne les incitent pas à trop appuyer leurs relais. De plus Wellens est très fort. A 9 kilomètres de l’arrivée, Teuns tente sa chance. Il est immédiatement suivi par Tony Gallopin. Un peu plus loin les cinq se regroupent. Dans le peloton Thibaut Pinot tente de relancer mais c’est fini. Plus personne n’y croit. Dans le groupe de contre le moral est aussi en berne. A 5 kilomètres de l’arrivée, Wellens compte 1’ de retard et le peloton 1’50. Au pied de la Citadelle, à un peu moins de 3 kilomètres de l’arrivée, Wellens compte 1’15 d’avance sur les cinq coureurs en poursuite.

Wellens part s’imposer avec autorité. Derrière Teuns a attaqué à 1,5km de l’arrivée. Il est contré par Tony Gallopin mais sous la flamme rouge, ils sont de nouveau cinq. C’est alors que Gallopin profite d’un moment de flottement dans le groupe pour partir. Il va aller chercher le doublé. Pour la troisième place, Tiesj Benoot ne peut rien faire conte Julien Simon (Cofidis) qui prive l’équipe Lotto – Soudal du triplé.

Classement : 
1. Tim Wellens (Lotto – Soudal) en 5h26’00
2. Tony Gallopin (Lotto – Soudal) à 1’22
3. Julien Simon (Cofidis) à 1’23
4. Tiesj Benoot (Lotto – Soudal)
5. Jan Bakelants (AG2R La Mondiale) à 1’25
6. Dylan Teuns (BMC) à 1’28
7. Jelle Vanendert (Lotto – Soudal) à 1’37
8. Gianluca Brambilla (Quick Step)
9. Bjorg Lambrecht (Equipe Nationale de Belgique)
10. Loic Vliegen (BMC)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

BMC annonce déjà sa composition pour le Tour Down Under

Dans la plupart des équipes, la saison 2018 est déjà commencée. Nouveaux maillots dévoilés, équipes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *