© Sirotti

Le Grand Prix de l’Escaut partira des Pays-Bas et passera par la Zeeland

Après avoir modifié le parcours du Tour des Flandres cette année et celui du Omloop Het Nieuwsblad à partir de l’an prochain, Flanders Classics s’attaque désormais à celui du Grand Prix de l’Escaut (Scheldeprijs). Ce dernier à pour habitude de partir d’Anvers pour faire une grande boucle vers l’Est et revenir à Schoten, dans la banlieue nord-est d’Anvers. C’est un peu le championnat du monde des sprinters. Mais les organisateurs ont décidé de changer un peu les choses avec un départ aux Pays-Bas, à Teurnezen pour ensuite aller chercher la fameuse Zeeland, célèbre pour son exposition au vent et ses courses de bordures. Pas de changement en ce qui concerne l’arrivée mais les organisateurs espèrent bien que ce nouveau départ rendra la course plus imprévisible.

Le Grand Prix de l’Escaut devait se trouver un nouveau départ. Avec la délocalisation du départ du Tour des Flandres de Bruges à Anvers cette année, il n’y avait plus trop de place pour le départ du Grand Prix de l’Escaut dans cette même ville trois jours plus tard. En 2017 la course était parti de Mol, en hommage à Tom Boonen qui terminait sa carrière cette semaine là. Ce n’était donc pas amener à durer. Il fallait trouver un autre emplacement et Flanders Classics voulait en profiter pour durcir la course. Mais il n’y a pas top de difficultés dans les alentours alors ils se sont tournés vers les Pays-Bas et la Zeeland, célèbre notamment depuis la deuxième étape du Tour de France 2015.

Le départ sera donc donné depuis Teurnezen, pas très loin de la frontière belge, puis les coureurs remonteront vers le Nord-Est, via la Zeeland jusque Westerschelde, la dernière presqu’île avant d’arriver sur Rotterdam. Ils redescendront ensuite vers Putte-Kapellen pour rejoindre la Belgique puis le circuit final autour de Schoten, long de 17 kilomètres et qui sera à parcourir trois fois. La distance totale avoisinera les 200km.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Julien Bérard : « Si je n’ai rien chez les pros, j’arrête »

Julien Bérard est « prêt ». Si le passage à l’année 2018 devait sonner le glas de sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *